fbpx

Les effets de la pollution sur la peau

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Temps de lecture : 2 minutes

La pollution est un fléau pour la santé et pour la peau. Elle est à l’origine de maladies respiratoires et cardiovasculaires, d’allergies, d’inflammations et de problème cutanés comme l’acné, les imperfections, l’hypersensibilité, l’eczéma, les taches brunes et les rides.

D’après l’OMS 90% de la population urbaine ne respire pas un air sain, 60% des villes à revenu élevé en Europe ont des niveaux supérieurs aux lignes directrice de l’OMS pour la qualité de l’air. De nombreuses régions loin des villes le Tarn et la Haute Savoie sont régulièrement en vigilance rouge pour une accumulation de particules fines dans l’air.

Comment définit-on la pollution de l’air? Toujours d’après l’OMS, « on entend par pollution de l’air, la contamination de l’environnement intérieur ou extérieur par un agent chimique, physique ou biologique qui modifie les caractéristiques naturelles de l’atmosphère » On parle donc du monoxyde de carbone, de l’ozone, du dioxyde d’azote ou de soufre, mais aussi des particules fines, du tabac,…

Des polluants atmosphériques dangereux pour la santé

Notre peau, plus grand organe du corps humain, est en contact permanent avec ces polluants et ceux-ci ont un impact significatif sur son état. Une étude scientifique menée par l’université de Washington, USA, et publiée dans la revue Environnental Health Perspective, montre que même des polluants réputés comme perturbateurs endocriniens, au travers des pores de notre peau, pouvaient passer dans notre organisme.

Des dégâts sur la peau encore sous estimés

Cependant les effets des principaux polluants sur notre peau sont toutefois mal documentés, notamment parce qu’un polluant agit rarement seul et que son effet varie avec les quantités, les prédispositions, le mode de vie mais aussi les conditions météorologiques.

Les microparticules sont responsables d’un vieillissement accéléré de la peau avéré, comme l’a rappelé le Professeur Misery, chef du service de dermatologie au CHU de Brest dans un article au Figaro. 

Les vitamines C et E, des antioxydants naturellement présents dans l’épiderme, diminuent lors d’une forte concentration d’ozone, affaiblissant ainsi la barrière cutanée constituée de lipides. La peau s’épuise et protège moins des agressions extérieures.

Attention au soleil

Il existe aussi un effet combiné avec les UVA, favorisant une accélération de l’apparition des radicaux libres, qui est un facteur de vieillissement de la peau. Le professeur poursuit en indiquant que le monoxyde de carbone se lie à l’hémoglobine, prenant la place du de l’oxygène dans le sang et donnant ainsi un teint gris à la peau.

Une étude de L’Oréal, réalisée au Mexique et en Chine, a montré que la pollution est responsable de modifications significatives des paramètres biochimiques superficiels de la peau qui peuvent engendrer des points noirs et des imperfections tout en aggravant les problèmes de peau existants.

La pollution accélère donc 

  • l’apparition de rides, 
  • la perte d’élasticité des tissus, 
  • l’apparition de taches brunes, 
  • une surproduction de sébum, 
  • des points noirs, 
  • un teint irrégulier. 

En conclusion la pollution modifie l’aspect et l’équilibre de la peau du visage

Et vous ? posez vos questions à nos chercheurs et nos spécialistes et partagez vos problèmes, routines et astuces sur nos réseaux sociaux.

Sur le même thème