fbpx

COMMENT LA POLLUTION PROVOQUE OXYDATION ET INFLAMMATION?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Temps de lecture : 3 minutes

On sait que la pollution altère la santé mais aussi la peau. Quels en sont les dégâts ? et surtout comment y remédier pour réduire les irritations et surtout les rides, les imperfections et les tâches. Avec le Dr Gérard Redziniak, Consultant Scientifique et Inventeur en Dermo-Cosmétologie, Co-Founder DIFFÉRENT CIEL

En quoi la pollution est particulièrement dangereuse pour la peau ?

Il n’y a pas qu’une pollution mais plusieurs. La photo-pollution qui vient des ultra-violets et de la lumière bleue émise par les écrans des ordinateurs mais aussi des smartphones. La pollution chimique émise par les gaz et surtout leurs particules fines PM2,5 qui véhiculent le benzopyrène, les nitroxydes, l’oxyde de soufre à l’origine des pluies acides, l’ozone qui provient de l’action des Uva sur les substances carbonées des gaz d’échappement.

Quelles sont les substances les plus dangereuses pour la peau ? 
Ce sont sans nul doute, les microparticules PM 2,5 car elles véhiculent ce gaz dangereux, le benzopyrène, cancérigène. Toutes fines, 60 fois plus petites que le diamètre d’un pore, elles se faufilent partout. Elles rentrent dans la peau par les pores mais aussi par les orifices des glandes sébacées et sudoripares.

Que se passe-t-il dans la peau quand elle est exposée à une telle pollution ?

Coupe de peau

Ces agressions dues à toutes ces différentes pollutions vont oxyder les structures de la peau. Les lipides des membranes, les protéines des enzymes, les structures cutanées sont altérées, oxydées, comme « rouillées ». Ce déséquilibre moléculaire déclenche un phénomène inflammatoire pour mobiliser le système immunitaire – les lymphocytes- par le biais des cytokines et interleukines. Ce processus inflammatoire nettoie les structures altérées et les molécules externes comme le redoutable benzopyrène avant d’enclencher les processus de réparation. Un excès de l’inflammation, entraine des rougeurs, des douleurs, des picotements et des irritations.  Les peaux sensibles réagissent fortement, voire anormalement, à ce mécanisme.

La peau est attaquée en permanence?

Avant tout, je tiens à préciser que la peau est soumise tous les jours à ces deux phénomènes d’oxydation et d’inflammation. Même si on ne ressent rien, s’ils sont sous-jacents, la peau « encaisse » et vieillit plus rapidement. On parle de photo-aging et de inflamm-aging qui aujourd’hui sont responsables à 80% du vieillissement de la peau : les rides, le dessèchement, les taches, le relâchement cutané, les imperfections et les points noirs. C’est le pollu-aging, le vieillissement lié à la pollution.

Comment lutter contre le pollu-aging ?

Il faut savoir que parmi les cytokines et les interleukines du système immunitaire qui contribuent à la réponse naturelle de l’organisme contre les effets de la pollution, il en existe une qui est redoutable : le TNF alpha. Très inflammatoire, cette molécule nettoie tout jusqu’à détruire totalement les structures altérées. Elle se met en marche lors d’une pollution excessive, surtout en présence d’ UVA et de benzopyrène excessifs.

Comment les cosmétiques agissent face à la pollution ?

Pour lutter contre la photo-pollution des ultraviolets et de lumière bleue, les soins cosmétiques apportent des écrans chimiques et minéraux, de l’oxyde de titane et des carotènes. Mais cette protection n’est pas suffisante car certaines particules polluantes pénètrent malgré tout. Notamment les PM2.5 qui déversent le benzopyrène dans la peau par les pores et les follicules pour en atteindre les cellules vivantes. Aujourd’hui, nous utilisons des substances antioxydantes comme les vitamines E et C, certains polyphénols végétaux qui ont un effet sur les cytokines et les interleukines mais malheureusement pas sur les TNF alpha.

Et demain?

L’avenir sera de trouver des molécules naturelles ou bio synthétiques encore plus ciblées et encore plus efficaces pour diminuer l’inflammation en excès qui sensibilise la peau et qui la fait vieillir. Nous ne sommes qu’au début d’une nouvelle cosmétique anti-pollution, anti pollu-aging.  

Si vous souhaitez poser des questions à notre spécialiste, n’hésitez pas à le faire dans l’espace LAISSER UN COMMENTAIRE

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager avec vos ami(e)s et aidez-nous à faire connaître ProtectMyFace

Sur le même thème