fbpx

POLLUTION ET PEAU: COMMENT SE PROTEGER DES PARTICULES FINES?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Temps de lecture : 2 minutes

De Shanghai à Paris, en passant par Bombay et Mexico, on ne parle que d’elles: ces particules fines qui polluent l’air aussi bien extérieur qu’intérieur et qui représentent un réel danger pour l’organisme et la peau.

Les particules fines ou PM polluent l’air dans lequel nous vivons et pas seulement. On sait aujourd’hui qu’elles atteignent l’organisme par les voies respiratoires. Les plus petites ne s’arrêtent pas aux muqueuses du nez, elles se faufilent dans les alvéoles des poumons pour se répandent dans la circulation sanguine et se fixer dans le cœur. Résultats: AVC, problèmes cardiaques, infarctus à l’origine des 8,8 millions de morts prématurées dans le monde par an relevés par l’OMS. Sans oublier à long terme des maladies pulmonaires, neurologiques et certains diabètes. On les a même retrouvées dans le placenta de femmes enceintes.

L’origine de cette pollution ?

En ville, les particules fines proviennent des gaz émis par le trafic routier et surtout les moteurs diesel. Récemment, l’Association Respire pour la prévention et l’amélioration de l’air a détecté un taux très élevé de particules très fines, considérées comme les plus toxiques pour la santé dans le Metro et RER de la Région Parisienne. Sinon, les métaux lourds, les combustions des grands sites industriels, les feux dans les zones agricoles, les pesticides sont de grands pourvoyeurs dans les campagnes.

Et notre peau face aux particules fines ?

Elle n’est pas épargnée par les particules fines, surtout les PM2.5 (inférieures à 2,5 micromètres) qui sont 20 fois plus petites que l’orifice d’un pore. Ces particules fines créent un stress oxydatif 24h sur 24 au niveau des cellules de la peau qui ne parviennent plus à se défendre contre le déferlement de radicaux libres. Elles perdent leurs capacités à se régénérer si bien que la peau est fatiguée, terne, déshydratée et elle vieillit vitesse grand V.

Sans compter l’oxydation du sébum qui multiplie le nombre de points noirs, les tâches pigmentaires, l’acné, certaines maladies de peau et surtout une sensibilité cutanée accrue. La peau ne supporte plus rien.

Les gestes anti-pollution pour le visage

  • Certaines crèmes cosmétiques font office de masque invisible le jour pour limiter la pénétration des particules fines. D’autres renforcent les défenses de la peau en lui apportant des anti-oxydants. Aujourd’hui, beaucoup de laboratoires planchent sur de nouvelles solutions plus ciblées et surtout plus efficaces.
  • En attendant, démaquillage et nettoyage tous les jours jusqu’à ce que le coton soit blanc. Utilisation d’un masque assainissant et absorbant une à deux fois par semaine. De même pour le gommage.

 

Sur le même thème