fbpx

Quelle alimentation adopter quand notre corps est inactif ?

alimentation choisir confinement
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Temps de lecture : 5 minutes

En période de confinement, ou lorsque le corps est inactif pour une quelconque raison, les besoins nutritionnels changent. Sans pour autant se priver, il est possible d’adapter son alimentation à cette situation exceptionnelle. Quelles sont les bonnes attitudes alimentaires à adopter lorsque le corps est à l’arrêt ?

Comment s’alimenter lorsque l’on est inactif ?

Grignotage compulsif ? Mets gourmands et réconfortants ? Mauvaise idée ! Lorsque le corps traverse une période inactive, il est essentiel de préserver son équilibre alimentaire. Sans parler de régime et de prise de poids, faire attention à son alimentation joue sur la santé de votre corps et de votre esprit. Bien manger est primordial pour rester en forme alors que le corps est enfermé, à l’arrêt.

En plus d’effectuer une activité physique quotidienne, s’alimenter de manière équilibrée et diversifiée est indispensable pour garder une bonne hygiène de vie. L’alimentation est vitale et sert tout d’abord à entretenir son corps. Les différents éléments qui composent l’organisme, ont besoin d’être bien entretenus pour vivre le plus longtemps possible et éviter tout dysfonctionnement. Une alimentation saine et équilibrée apporte tous les nutriments nécessaires au corps humain.

Votre santé dépend étroitement du bon fonctionnement de notre système immunitaire. Alors que le corps effectue une pause, autant en profiter pour renforcer ses défenses naturelles et reprendre de bonnes habitudes alimentaires.

Bien manger pour rester en bonne santé

La nourriture est une fonction vitale qui apporte les éléments nutritionnels indispensables à une bonne santé physique et psychologique. La nutrition, en période inactive ou non, joue un rôle de prévention face à l’apparition ou au développement de nombreuses maladies. La qualité des apports alimentaires joue un rôle important sur l’état immunitaire. En période de confinement, pourquoi ne pas en profiter pour prendre le temps de cuisiner des repas sains et équilibrés ?

Maintenir un transit en bonne santé

Cette période qui met le monde sur pause a du bon : soudain, vous avez du temps devant vous. On en profite alors pour bannir les plats industriels et pour prendre soin de son transit. Pour un transit en pleine forme, l’équilibre alimentaire est essentiel. Aussi, la consommation de fibres joue un rôle clé dans la santé du transit.

Les fibres améliorent le transit, facilitent la digestion et ont un pouvoir rassasiant. Idéales pour lutter contre le grignotage, les fibres sont une solution naturelle pour lutter contre la constipation. Lorsque le corps bouge moins, le transit intestinal devient vite paresseux. De ce fait, consommer des fibres permet de stimuler le système digestif et de favoriser régularisation de la fonction gastro-intestinale.

Les aliments riches en fibres sont nombreux. Les fruits et les légumes doivent faire partie du menu quotidien, tout comme les céréales complètes, les légumineuses, les féculents entiers, comme le quinoa et le boulgour, ainsi que les fruits séchés. À noter que les légumes verts contiennent beaucoup plus de fibres que les légumes colorés tels que les carottes ou les betteraves.

Bien manger pour combattre la pollution intérieure

Qu’il soit petit et cosy ou spacieux et accueillant, votre logement constitue une source de pollution que votre peau et votre santé n’apprécient pas. Période de confinement oblige, vous passez le plus clair de votre temps chez vous. Produits d’entretien, tabac, désodorisants ou encore peinture, l’intérieur des maisons regorgent de produits polluants. Selon l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur, nos logements seraient au moins cinq fois plus pollués que l’air extérieur.

Vous l’aurez sans doute remarqué, rester à la maison met votre peau à rude épreuve. En plus de favoriser la mine grisâtre, la pollution intérieure a pour conséquence l’apparition de boutons et accentue la sécheresse cutanée. Facteurs aggravants : le stress et les excès dans l’alimentation.

Pour lutter contre les effets de la pollution de l’air intérieur sur votre peau et votre santé, misez sur des aliments riches en antioxydants. En effet, le phénomène d’oxydation cellulaire étant accéléré par les particules toxiques de votre logement, faire le plein d’antioxydants dans l’assiette est votre meilleur atout. Une alimentation riche en fruits et légumes frais aide à fournir à l’organisme sa dose d’antioxydants.

  • Les vitamines A, C et E : alors que la vitamine A se retrouve notamment dans les fruits et légumes à chair orangée ou rouge, la vitamine C quand à elle est disponible en grande quantité dans les fruits rouges, les légumes à feuilles et les légumes verts. Enfin, les huiles végétales, les graines oléagineuses, les crustacés et certains légumes comme le brocoli, l’épinard et l’avocat sont quant eux source de vitamine E.
  • Les oligoéléments : les oligoéléments ayant une action anti oxydante sont le sélénium et le zinc. Les principales sources de sélénium sont les fruits de mer  et les poissons tels que le hareng et le thon. Le zinc se retrouve quant à lui dans les légumes secs, les œufs et les céréales complètes notamment.

Bien manger pour vaincre le stress

Pour beaucoup, cette période sous cloche induit un état de stress. En cas de stress, le corps a plus que jamais besoin de s’appuyer sur son carburant pour le combattre : l’alimentation. Bien sûr, il ne s’agit pas de se ruer sur la première tablette de chocolat que vous trouverez. Même si le plaisir instantané qu’il procure réduit le stress sur le moment, visez le long terme !

En période de stress, les besoins en magnésium augmentent. Associé aux vitamines B1 et B6, le magnésium diminue les sécrétions des hormones et des messagers chimiques du stress. Oui, le cacao est riche en magnésium. Mais d’autres sources de magnésium se distinguent par leur apport nutritionnel plus complet. Il peut notamment s’agir des légumineuses ou des oléagineux. Les légumineuses comme les haricots rouges, les lentilles, les pois en tous genres et les fèves, constituent des denrées excellentes pour la santé et nécessaires pour l’organisme. Elles sont incontournables pour combattre l’anxiété, la fatigue, la dépression et le stress.

3 conseils pour s’alimenter en période inactive

Et si on trouvait des avantages à cette période d’inactivité ? Prendre le temps de cuisiner et passer un moment convivial autour de la table peut rendre cette situation inhabituelle un peu plus agréable.

Garder le rythme des repas

Le rythme des repas, matin, midi et soir, permet au corps de garder un équilibre sur le long terme. Maintenir ce rythme est nécessaire pour garantir un état d’esprit sain et harmonieux. Cette règle est d’ailleurs tout autant valable pour le cycle du sommeil.

Aussi, c’est un fait, lorsque le corps est inactif, il consomme moins de calories. Sans parler de régime ou de privation, il est nécessaire de réduire son apport calorique en diminuant ses portions. Les activités physiques étant considérablement réduites, il est essentiel de rétablir votre balance énergétique. Pour ce faire, cibler des aliments complets de qualité qui favoriseront une satiété plus rapide. En ce qui concerne les féculents et les céréales par exemple, évitez des index glycémiques trop élevés et préférez des formes complètes ou semi-complètes.

Limiter sa consommation d’alcool

Un verre de vin, ou deux, peut être très tentant lorsque l’on reste chez soi. Pour se changer les idées, s’accorder une pause ou trinquer à distance en visioconférence avec ses amis, boire un verre d’alcool augmente l’oxydation des cellules et réduit la capacité du corps à se protéger. En terme de consommation d’alcool, Santé Publique France recommande de ne pas consommer plus de deux verres par jour, d’instaurer des jours sans consommation et de ne pas consommer plus de 10 verres standard par semaine.

Il en va bien sûr de même pour les jus et les sodas. Souvent très riches en sucre, ils ne font pas bon ménage avec l’inactivité du corps. À la maison, l’eau est le meilleur allié pour maintenir l’organisme en bonne santé.

Distinguer l’ennui de la faim

Être à l’écoute de son corps est essentiel, notamment en période de stress et de sédentarité comme celle induite par le confinement. Réussir à faire la différence entre la faim et la gourmandise est primordial pour éviter le grignotage.

La faim correspond au signal envoyé par l’organisme pour exprimer le fait qu’il va bientôt manquer d’énergie, celle fournie par le dernier repas ayant déjà été utilisée. Les signaux de la faim sont identifiables par leur caractère physique. Le ventre gargouille, une sensation de creux s’installe et le manque de concentration se fait ressentir. Savoir repérer ses envies de grignoter ne veut pas forcément dire qu’il ne faut pas s’autoriser à y répondre sans culpabilité. Grignoter de temps en temps n’a rien de grave ! Cependant, au quotidien, tentez plutôt de déjouer la gourmandise en occupant votre esprit. Attendre un peu ou penser à autre chose permet en général de faire passer une envie de grignotage

La question de l’alimentation n’est pas à prendre à la légère. En effet, l’alimentation est à adapter individuellement, en fonction de vos besoins et vos pathologies. Pour tout changement de régime alimentaire ou pour toutes questions, l’avis d’un médecin est fortement recommandé.

Sur le même thème